Reine Renou, le combat d’une reine

848 0

 Mon paradoxe  est le titre d’une chanson sur le cancer interprétée par une Ajaccienne.


Bonjour Reine pourriez-vous vous présenter ?

 Bonjour, je m’appelle Reine Renou, je vis en Corse à Ajaccio, je n’étais qu’une simple vendeuse quand, en 2014 à l’âge de 50 ans, ma vie a basculé. L’annonce de mon cancer du sein m’a tout d’abord anéantie mais rapidement j’ai commencé à voir la vie d’une autre façon… Petit à petit j’ai appris à profiter de chaque moment important que la vie me présentait. J’ai éprouvé l’envie d’écrire un poème très positif sur la maladie. Puis j’ai rencontré Charles Bultez, auteur et Jean-Pierre Porcheddu, musicien-compositeur, qui sont devenus des amis chers. Ensemble nous avons réalisés la chanson « Mon paradoxe »   sortie en CD. Par la suite nous avons constitués un groupe de musiciens, formé d’un guitariste, Mika, un bassiste, Maurice, un batteur, Patrick, un claviériste, Palou, d’une amie Choriste, Wendy et de mon fidèle ami Jean-Pierre au sax, pour réaliser un autre projet, plus personnel cette fois, le groupe « Mon paradoxe »est né.

 

C’est une belle énergie déployée pour ce projet mais comment avez-vous mis tout cela en place ?

Cela s’est fait naturellement, car j’avais toujours cette forte envie de chanter. Jean-Pierre m’a proposé de continuer, il a contacté les musiciens qui maintenant ont intégrés le projet. Ainsi, Jean-PierreCharles et moi-même, travaillons sur un nouvel album sans rapport avec la maladie et déjà quelques titres comme « Quel est le secret » ou « Mon ami, mon amour » seront prochainement diffusés sur Bulle FM en coup de cœur où « Mon paradoxe» est déjà passé.   

 

Comment travaillez-vous avec votre équipe ? 

Tout d’abord Jean-Pierre nous propose (à Charles et moi) des mélodies  sur lesquelles nous travaillons l’écriture, ensuite il ajuste nos créations pour ensuite les répéter avec les musiciens. 

 

Parlez-nous de cette chanson « Mon paradoxe  »

Bizarrement, la vie a fait que j’ai rencontré tout d’abord Charles dans des circonstances totalement différentes du milieu musical, sur une sortie moto organisée entre amis (j’adore la moto en temps que passager). Je cherchais donc un pilote et Charles s’est gentiment proposé. Tout au long de la balade nous avons échangé sur nos différentes passions dont l’écriture. J’ai toujours aimé écrire des poèmes et Charles lui, est auteur et écrit des textes pour d’éventuels chanteurs avec comme nom d’artiste Edouard Selarch. De fils en aiguilles il m’a encouragé à écrire un poème sur ma maladie et m’a aidé à le transformer en chanson que j’ai confiée à mon amiJean-Pierre qui a composé la musique. C’est une chanson très positive qui reflète ma joie de vivre et l’envie de me battre sur un air de Soul/Gospel. Il n’est jamais mentionné le mot cancer, si bien que sortie de son contexte elle peut être écoutée pour n’importe quelle circonstance. 

 

En tant qu’initiatrice de ce projet, vous devenez une des porte-paroles des femmes touchées par ce fléau. Qu’auriez-vous envie de leur dire ? 

Je leur dirais que le cancer n’est pas une fin mais doit au contraire nous faire prendre conscience de la valeur de la vie et de sa fragilité (comme dans ma chanson) et que le plus important est de vivre l’instant présent comme une chance et n’en prendre que l’essentiel, tout ce qui nous fait du bien et nous rend heureux, ne garder que le meilleur, vivre uniquement ce que l’on a envie de vivre et vivre intensément chaque minute chaque seconde ce qu’elle nous apporte de plus positif, car de toute façon, nous sommes tous appelés un jour à disparaitre non ? 

 

Pouvez-vous me parler d’un moment qui vous a particulièrement marqué depuis la création de ce projet ?

Je dirais que mon parcours est assez incroyable, car il y a trois ans, je sortais tout juste de ma chimiothérapie et j’étais en traitement de radiothérapie… Aujourd’hui je suis chanteuse, j’ai écrit et sortit une chanson en CD, je prépare un autre album, j’ai un groupe de musiciens, j’ai créé mon association et je finalise un clip vidéo avec des femmes qui ont été également touchées par le cancer… Et c’est là que je dirais que  j’ai vécu les choses les plus extraordinaires, car ces femmes qui ont participés au tournage du clip m’ont toutes dit qu’elles avaient vécus des moments exceptionnels. Certaines même m’ont confiés être transformées. Je rajouterais que j’ai trouvé ma voie (comme je le dis si bien dans ma chanson)… Ne croyez pas que je m’arrête là, parallèlement à tout cela, je fais partie des grognards (premier chasseur à pied de la garde napoléonienne) où je participe à des défilés lors de manifestations et reconstitutions historiques en tenue d’époque en tant que musicienne (au fifre) que j’apprends à jouer… Et je me dis que si moi j’arrive à réaliser tout cela d’autres aussi pourraient également trouver ce qui les animent et les rendent heureux. Depuis que je vis comme cela , il ne m’arrive que de belles choses, je n’ai jamais été aussi heureuse que depuis ce cancer d’où l’appellation de « mon paradoxe ». 

 

Parlez-nous de l’association « SOS Cancer du Sein » ? 

J’ai connu l’association S.O.S Cancer Du Sein  il y a deux ans juste avant la création de mon poème. Lors de la régate  fin août 2015 dans la baie d’Ajaccio (renouvelée depuis chaque année) organisée par la Corsica Classic enpartenariat avec l’association basée à Nice. Dans le cadre de ces régates une journée est dédiée aux femmes touchées ou en rémission d’un cancer, grâce à cette formidable association j’ai pu vivre avec d’autres, une journée exceptionnelle où la maladie n’existait plus…
 Imaginez-vous à bord de ces magnifiques voiliers d’exception  avançant juste par la force du vent à des vitesses de plusieurs nœuds ?
J’ai donc par la suite apporté mon soutien en versant les recettes des ventes du CD de mon paradoxe. Rapidement je me suis aperçu que je pouvais faire plus encore : faire partager cette joie de vivre à d’autres femmes concernées. J’ai donc créé ma propre association « Mon Paradoxe » qui a pour mission d’aider ces femmes qui ont perdu le goût de vivre à reprendre confiance à travers les arts, d’où la création d’un clip sur ma chanson Mon paradoxe.

 

Dans la continuité de vos projets artistiques, quand sortira votre premier clip vidéo ? 

Je dirais incessamment sous peu car nous avons fini de tourner. Là encore les circonstances de la vie m’ont fait rencontrer des personnes extraordinaires qui m’ont permis de réaliser ce clip avec un scénario ambitieux unique en son genre tourné dans de vraies conditions entourée de professionnels, tous bénévoles, avec une maquilleuse, Isabelle Thomas-Dubois, deux cameramen, Bertrand Pasbecq et André-Yves Torre, deux photographes Stéphanie Catherine et Emmanuel Don Sim, des danseuses et même un professeur de langage des signes (j’ai voulu intégrer quelques signes pour apporter un plus au projet). Je ne manquerais pas de vous informer de sa sortie.

 

Quel sont vos influences musicales ?

Vous imaginez bien que mes influences musicales sont plutôt tournées vers les années 80, avec des créateurs de chansons à textes comme Daniel Balavoine, Michel Berger ou Nilda Fernandez ainsi que des voix particulières comme Kate Bush et Peter Gabriel. 

 

Avez-vous prévus des spectacles ? 

Nous espérons pouvoir continuer et faire connaitre nos chansons en nous produisant, mais il y a beaucoup de travail et de répétitions avant de pouvoir prétendre faire de la scène. Nous sommes pour cela à la recherche d’un local à louer des les alentours d’Ajaccio pour pouvoir nous entrainer au moins une fois par semaine et  avons beaucoup de mal à trouver. Mais rien n’est impossible n’est-ce pas ? 

 

Comment voyez-vous l’avenir ? 

Je pense que la sortie et diffusion de ce clip, va amorcer pas mal de choses que ce soit sur le plan associatif que personnel et d’autres projets naissent au fur et à mesure. Dans le cadre de mon association, j’aimerais créer des ateliers artistiques comme la danse ou l’expression corporelle, du théâtre, du chant, de la peinture etc…  

 

Comment peut-on soutenir votre association? 

Il existe un compte Facebook de Mon Paradoxe régulièrement actualisé où l’on peut suivre l’évolution de l’association, et comme toutes associations le côté financier est très important voir capital. Il est donc prévu l’ouverture d’un site, mais il est possible dors et déjà d’envoyer des dons par chèque à l’ordre de l’association à l’adresse suivante :

Association Mon Paradoxe
Reine Renou
Pietralba 1 Bt A2
Avenue Nonce Benielli
20090  AJACCIO

 Merci Reine et à très bientôt.

Merci à vous pour votre gentillesse et je vous dis également à très bientôt.

Laissez un commentaire

Note: Your password will be generated automatically and sent to your email address.

Forgot Your Password?

Enter your email address and we'll send you a link you can use to pick a new password.